basket.timer.attention

basket.timer.time.is.running.out

Une bibliothèque de poche en voyage

Voyager permet d’échapper au train-train quotidien. Pour parvenir à s’évader, on peut tenter l’aventure en bivouac ou un séjour d’escalade, ou simplement se plonger dans un récit de voyage de qualité. Car il est également possible de voyager autrement que dans le temps et l’espace, et voyager dans sa tête procure aussi le repos et la détente nécessaires. Nous osons parier nos vacances annuelles que ces cinq livres vous détendront et qu’en plus, ils vous inspireront.

Voyager sans John - Geert Mak

Aucun livre de voyage au monde ne parvient à mieux dépeindre un pays (les États-Unis, en l’occurrence) que Voyager sans John de Geert Mak. Le titre fait référence à John Steinbeck et à son Voyage avec Charley, un récit de voyage que Geert Mak a revisité (en grande partie) avec son épouse Elaine, en 2010. Mais plus encore qu’une simple répétition du voyage de Steinbeck - qui semble d’ailleurs ne pas s’être tout à fait déroulé dans les règles de l’art -, Mak utilise Voyage avec Charley comme base pour brosser un tableau minutieux des États-Unis en 2010. L’essor puis le déclin de la Main Street, les possibilités dont dispose chacun aux États-Unis, etc. Mak profite de chaque occasion pour faire part de sa vision sociale et politique des États-Unis. De façon inédite, tout en marchant sur les traces de Steinbeck.

Sur la route – Jack Kerouac

Ceux qui veulent savoir à quoi ressemble exactement la vie d’un routard trouveront dans le roman Sur la route de Jack Kerouac un précieux allié. Le récit largement autobiographique de Kerouac traite des différents voyages qu’il a effectués aux États-Unis et au Mexique entre 1947 et 1950. D’abord focalisé sur la facette romantique du voyage et la beauté de la rencontre avec des gens de passage, l’esprit de Kerouac vire ensuite progressivement à la mélancolie et à la solitude. Non pas que toutes les vacances finissent nécessairement de cette manière, mais Sur la route offre un bon échantillon de la gamme des émotions que l’on peut éprouver au cours d’un long voyage.

Peur et dégoût à Las Vegas – Hunther S. Thompson

Peur et dégoût à Las Vegas est une histoire tirée de faits réels, assortie d’une bonne dose de fiction. Quelle est la part de fiction et la part de réalité dans ce livre ? Hunther S. Thompson s’applique à cultiver le mystère, par mesure de précaution. Ce qui est sûr, c’est que le livre est basé sur deux voyages à Las Vegas, entrepris en 1971 par l’auteur et son avocat et ami Oscar Zeta Acosta. Le premier voyage a été écrit dans l’élan fiévreux d’un marathon d’écriture qui a duré pas moins de 36 heures. Cela transparaît dans le livre et s’impose au lecteur qui se trouve ainsi emporté dans la quête et la poursuite du rêve américain. Avec tout ce que cela implique comme conséquences.

Voyage à motocyclette – Che Guevara

Voyage à motocyclette a toujours eu une dimension politique, grâce aux actions ultérieures de Che Guevara, mais ce n’est pas le seul aspect qui rend la lecture du journal du Che intéressante. L’histoire de cet étudiant en médecine de 23 ans (Ernesto Guevara) qui part à l’aventure avec son ami de 29 ans (Alberto Granado) sur une moto Norton de 500 cc (surnommée La Poderosa) se lit avant tout comme une histoire sur le passage à l’âge adulte. Celle de deux amis qui ont la ferme intention d’explorer les terres inconnues de l’Amérique latine au travers d’une aventure de plus de 8.000 km. Deux camarades qui, non contents de se déplacer à moto, voyagent aussi en bateau à vapeur, à cheval, en bus et en auto-stop. Un récit pour le moins aventureux. Pas étonnant que Voyage à motocyclette ait d’abord été décrit en ces termes : Das Kapital meets Easy Rider. Laissez-vous d’abord inspirer, puis, si vous êtes un motard (ou cycliste) aguerri, partez vous-même à la découverte des somptueuses routes qui sillonnent l’Amérique du Sud.

Destination Istanbul - Guido Snel

L’élément insolite de la liste, c’est le livre dans lequel Guido Snel a regroupé ses expériences de la belle Istanbul. Il en résulte un guide de la ville/une autobiographie littéraire incomparable qui permet de découvrir et d’apprécier parfaitement cette mégalopole. C’est en 2012 que Guido Snel a suivi son épouse Nurnaz à Istanbul et qu’il a commencé peu à peu à explorer son nouveau biotope. Il a commencé aux alentours de sa maison, et plus il s’éloignait, plus il était intrigué par la ville. Clochards et millionnaires, amoureux d’Istanbul et détracteurs, écrivains et artistes : toutes les catégories se retrouvent dans la quête du vrai visage de cette somptueuse ville. La meilleure façon de découvrir Istanbul sans la connaître réellement. Même si nous ne pouvons pas garantir que la lecture de Destination Istanbul ne vous incitera pas à vous rendre sur place.