basket.timer.attention

basket.timer.time.is.running.out

Zen, tu resteras

Se montrer tolérant. Une noble aspiration pour chacun d’entre nous. Mais nous n’y arrivons pas toujours. Même en voyage où se relaxer est pourtant le mot d’ordre. En cette Journée de la Tolérance (16/11), nous avons compilé quelques désagréments de voyage. Mais pour en sourire, bien sûr.

Mieux vaut un bon voisin que...

Certains clients, on aimerait mieux les voir au check-out qu’au check-in. Dans une enquête de l’organisation de voyages néerlandaise World Ticket Center, 26 % des personnes interrogées ont placé les « nuisances des voisins » en tête de leurs désagréments à l’hôtel. Autres sources d’irritation :

  • Les chaises longues à la piscine qui sont déjà « réservées » (17%)
  • Les matelas durs (10%)
  • Devoir quitter la chambre à l’aube (8%)
  • Les clients qui jouent des coudes au buffet (5%)

Russes sournois

À propos justement de ce comportement de malotru au buffet, il semble que ce soit les Russes qui l’adoptent le plus volontiers lorsque leur ventre crie famine. Et cela a le don de nous mettre hors de nous. Une enquête du site de vacances Zoover a révélé que pas moins de 42 % des 12.000 Européens interrogés placent les « Russes en vacances » au sommet des nationalités européennes qui leur déplaisent sur leur lieu de villégiature. Les qualificatifs à leur encontre qui reviennent le plus souvent : « bruyants, grossiers, sans-gêne et asociaux ». Avec eux, mieux vaut donc s’armer de patience.

Les périls des toilettes

En route également, nous ne sommes pas épargnés par les désagréments. Pas assez de place pour les jambes et/ou les bagages, les pleurs des enfants, les voisins qui ronflent… des expériences familières à tous ceux qui voyagent en avion. Quant aux adeptes de la voiture, une enquête de PanelWizard a montré qu’ils sont surtout atterrés par l’état des toilettes dans les stations-service, les parkings et les restaurants routiers. En espérant qu’aucun Russe ne chaparde leur casse-croûte pendant qu’ils y sont…