basket.timer.attention

basket.timer.time.is.running.out

Le baromètre animal : un bon plan pour prévoir le temps

Lorsque l’humanité ne disposait pas encore de météorologues, de modèles de prévision et d’instruments de mesure précis, il nous fallait observer la nature pour anticiper d’éventuelles intempéries. Vous rencontrez des animaux en vous promenant ? Surveillez bien leur comportement. Vous pourriez en apprendre beaucoup.

Vaches rassemblées : pluie annoncée

Ne cherchez pas trop loin… Ce n’est pas la baisse de pression atmosphérique qui pousse ces sympathiques ruminants à se coller au plancher des vaches, mais leur intérêt bien assumé. Si de fortes pluies s’annoncent à l’horizon, elles se blottissent les unes contre les autres pour avoir plus chaud. Et souvent, elles se couchent, tant que l’herbe est sèche – procéderiez-vous autrement ? Ces animaux sentent les changements de pression atmosphérique bien plus tôt que les humains. Donc, si vous voyez un troupeau de vaches se coucher dans un bel ensemble, vous savez qu’il est temps de chercher un abri.

Hirondelles au ras des pâquerettes : mauvais temps en vue

Ce n’est pas une fable. Et l’explication scientifique est toute simple. Lorsque du mauvais temps s’annonce, l’atmosphère devient instable avec comme résultats des courants descendants et des vents violents. Ce qui déplaît fortement aux insectes volants qui se déplacent donc plus près du sol afin d’éviter au maximum la puissance de ces flux d’air. Et de quoi les hirondelles se nourrissent-elles ? Vous avez tout compris !

Poissons nageant non loin de la surface : beau soleil en perspective

Si vous vous promenez le long d’un lac, d’un étang ou d’une rivière et que vous voyez clairement nager les poissons, vous pouvez laisser votre imperméable dans votre sac à dos. Plus le temps est chaud et sec, plus la teneur en oxygène dans l’eau est basse. Pour s’oxygéner suffisamment, les poissons doivent donc nager plus haut que par temps de pluie. Mais s’ils nagent vraiment à la surface de l’eau, vous pouvez en déduire que le temps va se gâter. Pourquoi ? Pour la même raison qui fait voler les hirondelles en rase-mottes.

« Groundhog Day » : la fin de l’hiver ?

Le 2 février, chaque Américain épie avec enthousiasme le terrier d’une marmotte. Parce que cet adorable rongeur sait mieux que quiconque quand l’hiver prendra fin. Du moins, si l’on en croit une tradition d’origine allemande – que nous avons appris à connaître dans nos régions grâce au film « Un Jour sans fin » (« Groundhog Day »). Si la marmotte sort quelques instants de son terrier et voit sa propre ombre, elle repart aussi sec à l’intérieur pour encore six semaines d’hibernation. Mais si elle ne voit pas son ombre, c’est le signe que le printemps est en vue.