basket.timer.attention

basket.timer.time.is.running.out

Randonnée en montagne pendant les vacances : mode d’emploi

Tout le monde est capable de partir en randonnée en montagne. Il suffit que la destination, la saison et le degré de difficulté soient suffisamment en accord avec votre expérience et vos attentes. Prenez donc bien le temps de planifier votre itinéraire. Nous consacrons ce premier chapitre au choix de la destination.

Types de domaines et meilleures saisons

Commencez par tenter l’aventure en été, puis partez à d’autres saisons


Plus le terrain est difficile, plus vous devez tenir compte des saisons. Si vous grimpez haut ou que vous partez dans le Nord, sachez que l’été commence plus tard (juin) et que l’hiver est de retour dès le mois d’octobre. Quand vous choisissez une destination, renseignez-vous sur le climat qui vous attend et préparez-vous bien. En montagne, les saisons sont beaucoup plus marquées qu’en plaine. Ici aussi, mieux vaut évoluer étape par étape. En hiver, les conditions sont plus extrêmes, ce qui nécessite davantage de matériel et d’autonomie.

 

Terrain vallonné ou basse montagne : toute l’année

Ces domaines constituent une base idéale pour les randonneurs débutants. En outre, inutile de partir bien loin. Les dénivellations sont parfois considérables au cours d’une même journée, ce qui convient parfaitement pour l’entraînement. Il s’agit souvent de sentiers balisés, les parcours plus aventureux sont exceptionnels. Ces domaines sont intéressants pour partir le temps d’un week-end, quelle que soit la période de l’année, même si l’hiver peut aussi y être rigoureux et que l’hygrométrie peut rendre le temps très frais.

Exemples

Ardennes belges et françaises, Grand-duché de Luxembourg, Eifel (D), Pfalzerwald (D), Sauerland (D), Altmuhltal (D), Côte d’Opale (F), côte du sud de l’Angleterre…

Moyenne montagne : d’avril à novembre

C’est une bonne préparation avant de passer aux choses sérieuses. Les montées et descentes sont plus longues, le terrain plus accidenté et les conditions climatiques plus variables. Certains sentiers sont retirés, mais vous devrez parfois escalader ou affronter les graviers ou la boue.

 

Vous pouvez partir dans des conditions « normales » d’avril à novembre, même si chaque année réserve son lot de surprises et de chutes de neige. De janvier à mars, il y en a parfois suffisamment pour faire une randonnée en raquettes. L’enneigement n’est pas garanti, mais les conditions climatiques peuvent être très hivernales.

Exemples

Vosges (F), Massif central (F), Vercors (F), Chartreuse (F), Forêt Noire (D), Brecon Beacons (pays de Galles), Ombrie (I)…

Haute montagne et domaines isolés : de mi-juin à fin septembre

Une fois que vous avez une certaine expérience, vous pouvez vous aventurer en haute montagne ou dans des domaines isolés. Les montagnes écossaises ou scandinaves sont peut-être moins hautes (le point culminant de la Norvège se situe à 2 469 m), mais, en raison de leur position plus au nord, les conditions climatiques y sont comparables à celles que l’on retrouve dans les Alpes et les Pyrénées. Préparez-vous bien aussi avant une randonnée en Islande, même si vous restez au niveau de la mer !

 

L’été y est très court. Dans les montagnes européennes, la saison s’étend de la mi-juin à la fin septembre. En fonction de la région, il est possible d’apercevoir des champs de neige jusqu’au cœur de l’été. Lorsqu’il fait très mauvais, il peut également neiger l’été. Soyez donc paré à toute éventualité. Sur d’autres continents, les saisons sont souvent très différentes. La saison des pluies et les périodes très sèches ou chaudes ne sont pas à exclure.

Exemples

Hooggebergte: Europe > Alpes, Pyrénées, Abruzzes (Italie), Tatras (Tchéquie/Pologne), Alpes dinariques (Ex-Yougoslavie), Rila et Pirin (Bulgarie), Karpaten (Roumanie), Pindos (Grèce)
Autres continents > Atlas (Maroc), Andes (Amérique du Sud), Himalaya (Asie), Rocheuses (États-Unis)

 

Domaines isolés: Scandinavie, Islande, Groenland, Canada

Définissez d’abord vos critères de recherche

Moustiques

Dans le Nord, comme en Écosse et en Scandinavie, les moustiques et taons sont nombreux à la fin du printemps et en été. Veillez à emporter une moustiquaire et une bonne lotion répulsive contenant du Deet. Si vous voulez éviter ces insectes, partez de préférence en fin de saison (après la mi-août).

Il est essentiel de d’abord définir votre type de destination : à proximité ou lointaine, montagnes ou terrain légèrement vallonné, Occident ou contrées exotiques, domaines isolés ou monde civilisé à proximité, arrière-pays ou côte… Faites votre choix en fonction de vos centres d’intérêts et de votre expérience.

 

Partir plusieurs jours en pleine nature est bien plus qu’un simple défi physique. Ne sous-estimez pas l’impact mental de votre aventure. Veillez à avoir une bonne impression lorsque vous faites vos choix et ne soyez pas trop ambitieux.

Conclusion

Quels que soient votre niveau et votre âge, vous pouvez partir en randonnée en montagne. Veillez surtout à rester dans votre zone de confort et à acquérir suffisamment de connaissances et d’expérience avant d’augmenter le degré de difficulté.

 

Si vous voulez avoir plus d’expérience, suivez éventuellement une formation préparatoire encadrée par un guide (www.outdoorschool.be , www.klimenbergsportfederatie.be). N’hésitez pas non plus à parfaire vos connaissances en lisant (nous vous conseillons « Randonnée - s'initier et progresser », Amphora ISDN 978-2-85180-795-3). C’est la seule façon d’être confiant pour relever avec succès le défi lancé par la montagne.

Domaines non destinés aux randonnées !

Glaciers et neiges éternelles

Ces terrains relèvent du domaine de l’alpinisme. Les risques sont réels : tomber dans une crevasse, glisser… Les compétences et le matériel (notamment corde, crampons, pied) requis sont différents.

 

Des parties de glaciers sont parfois exceptionnellement accessibles aux simples randonneurs, quand elles sont assez plates et qu’il n’y a pas (beaucoup) de crevasses ni de neige (qui peut masquer des crevasses !). Mais dans ce cas aussi, il est impératif d’avoir de l’expérience pour pouvoir bien se déplacer par exemple. Si vous voulez marcher sur des glaciers, partez de préférence avec un guide de montagne.

Parois rocheuses

Il arrive parfois qu’il faille escalader de petits tronçons sur les itinéraires de randonnée. Ils sont généralement sécurisés et faciles à surmonter. Les randonneurs ne rencontreront toutefois pas de parois rocheuses massives. N’oubliez pas qu’il est toujours plus facile de monter que de descendre.

Via ferrata ou Klettersteigs

Ce sont des itinéraires sur des terrains rocheux, sécurisés par un câble d’acier et parfois jalonnés de pitons, de marches et d’escaliers. Ils allient la difficulté de la randonnée en montagne et de l’alpinisme. En fonction de la longueur et du degré de technicité du parcours, ils se rapprochent plus de l’un ou de l’autre. Les randonneurs ne peuvent y accéder sans disposer d’un équipement adapté (baudrier, équipement pour Klettersteig, casque) et des connaissances requises. Les Dolomites sont l’un des domaines les plus célèbres pour les Klettersteigs.