basket.timer.attention

basket.timer.time.is.running.out

Évadez-vous du monde numérique

Michiel Sallaets est de son temps, tout comme nous : avec des journées bien remplies en communications diverses, souvent via les médias sociaux. À la petite nuance près qu’il souhaite s’en échapper de temps en temps. Se mettre sur la touche de la course à l’échalote. Oublier les courriels, Tweeter et Instagram.

Aux côtés de trois compagnons, traverser la Corse du nord au sud en quinze étapes paraissait aux yeux de Michiel la manière idéale de s’échapper quinze jours durant de la réalité numérique. Disconnect to reconnect. Au moins pour lui, cela a réussi…

L’idée

« Chaque année, je pars à l’aventure avec trois amis. Se plonger dans la nature, en prenant notre pied : c’est le but. Cette fois, nous avons jeté notre dévolu sur le GR20 en Corse, surtout en raison du défi sportif. » Le GR20 est, avec ses 170 km, le plus long sentier de randonnée d’Europe, dont la partie nord est particulièrement éprouvante. « L’idée que l’on s’isolerait ainsi de la communication numérique rendait le défi encore plus ardu à relever ».

La préparation

« Les préparatifs n’ont pas été longs. Même si j’ai bien fait d’acheter un sac à dos professionnel et une excellente paire de chaussettes de marche. Ce n’était vraiment pas du luxe vu le parcours accidenté et les nombreuses ascensions en chemin. »

La rando en soi

« Nous nous attendions à un trajet éprouvant mais le GR20 est un véritable parcours du combattant – même pour des jeunes gens bien entraînés. Si éprouvant que nous ne prenions pas vraiment notre pied comme prévu. Mais mes doigts me démangeaient pour partager tout de même une photo avec mes suiveurs ou communiquer avec mes proches au bercail.
Je n’ai commencé vraiment à en profiter qu’une fois passée cette entrée en matière qui prend un peu à froid. Se lever en pleine nature et s’émerveiller tout simplement de la vue qui s’offre à nous (1) sans penser à faire des photos ou à envoyer rapidement un tweet à la cantonade. Quel répit ! Tout était magnifique, notre lieu de camping comme la vue depuis le sentier. » (2) & (3)

 

« On s’en met tout simplement plein la vue lorsqu’on n’utilise pas sans cesse son smartphone. Et l’on prend bien entendu la bonne résolution de mettre la pédale douce sur les médias sociaux dès le retour en Belgique. Mais on l’oublie très vite. Pour être honnête, je dois avouer qu’au milieu du parcours j’ai pris le temps de répondre à plusieurs courriels importants. »

« Aux personnes qui veulent vraiment s’échapper de la course à l’échalote, je ne peux que leur recommander de ne pas emporter leur smartphone en voyage. Cela semble impossible en 2015, mais c’est tout à fait faisable. Et je peux vous assurer que vous m’en remercierez. »

« Nous avons mené à bien notre randonnée – non sans mal, ni muscles endoloris. Le prochain voyage nous emmènera en Kirghizie. En route pour de nouvelles aventures, avec ou sans mon smartphone en poche. »

Les meilleurs sentiers de Grande Randonnée en Belgique

Traverser la Belgique en cinq parcours GR

  1. De La Panne au Coq, c’est soixante kilomètres le long de la plage, de dunes et surtout de splendides domaines naturels. Le sentier est fléché dans les deux directions, selon le système GR typique. Il suffit donc de suivre les rayures rouges et blanches. Avantage complémentaire : le trajet du tram de la côte coupe le GR en quinze endroits différents, ce qui vous permet de découper tout le parcours en étapes de 5 à 30 km.
  2. Les trois routes de commémoration de la Grande Guerre sont rapidement devenues des parcours incontournables dans le réseau GR. Le parc irlandais de la paix à Menin, le cimetière allemand de Langemark et le parc néo-zélandais ne sont que quelques-uns des nombreux centres d’intérêt de la Première Guerre mondiale dans le Westhoek. Ajoutez-y une sortie d’un jour à travers le Hageland et le pays de la Dyle et une promenade le long de la ceinture fortifiée d’Anvers et vous comprendrez aisément pourquoi ces itinéraires sont désormais des classiques.
  3. Le GR 122 Scheldeland est ce que l’on appelle une valeur sûre de l’offre GR. Le GR 122 vous emmène d’Hulst, tout près de l’Escaut occidental, à travers le pays de l’Escaut, jusqu’à Tournai. En chemin, vous passez le pays de Rhode, mais aussi le Brakelbos et le Muziekbos. On vous le recommande.
  4. Le GR 579 Bruxelles-Liège débute près de l’« arbre de promenade » de la cathédrale Saint-Michel à Bruxelles et vous emmène, via le bois de la Cambre et Watermael-Boitsfort jusqu’à la forêt de Soignes. Ensuite, vous entrez en Wallonie à travers le paysage plutôt vallonné de Pécrot pour prendre enfin la direction de Liège au-dessus de la vallée de la Meuse.
  5. Pour se promener de la Campine au Condroz, empruntez de préférence le GR 564. Il vous emmène le long d’un paysage de prairies boisées et du célèbre Sahara jusqu’à Lommel. De là, la randonnée se poursuit via le domaine Kelchterhoef et Hengelhoef jusqu’à Bokrijk. À Hasselt, vous traversez le canal Albert et pénétrez, via Diepenbeek, dans les bois de Kortessem.

En pratique

Si vous voulez découvrir la Corse en suivant le GR20, gardez ceci à l’esprit :

  • la période : la meilleure, entre la fin du mois de juin et le début du mois de septembre vu que les premières neiges tombent déjà en octobre et qu’elles restent jusqu’à la fin mai, ce qui peut rendre le sentier très dangereux.
  • le transport : Calenzana, le point de départ au nord, se trouve près de Calvi, et se rejoint facilement depuis l’aéroport de Sainte-Catherine. Vous pouvez également vous rendre à Calvi en ferry au départ de Marseille ou de Toulon.
  • lieu d'hébergement : si vous choisissez un des refuges de montagne le long du GR20 comme lieu de repos, sachez que la réservation est obligatoire depuis 2010. Si vous préférez un séjour plus aventureux, vous pouvez bien entendu camper près des refuges de montagne.

Bon à savoir : le sentier de randonnée peut également se parcourir à ski entre les mois de février et d’avril. La version hivernale du trajet nord du GR20 est mieux connue sous le nom d’alta strada.