basket.timer.attention

basket.timer.time.is.running.out

Sur les traces de la fève de cacao : 5 destinations pour les gourmands 

Il y a près de cinq cents ans que la fève de cacao s’est lancée à la conquête du monde occidental. Suivez-nous dans un voyage à travers les principales étapes qui ont précédé l’arrivée dans votre cuisine des recettes au chocolat les plus exquises !

1. Oaxaca, Mexique

Dans la ville coloniale espagnole d’Oaxaca, dans le sud du Mexique, on trouve toutes sortes de préparations délicieuses à base de fèves de cacao au Mercado de Abastos. Le tejate, une boisson fouettée, mousseuse, à base de maïs, de cacao et d’eau, pour un coup de fouet instantané. D’autres spécialités locales à recommander sont le mole poblano - du poulet ou de la dinde dans une sauce au chocolat épicée – et des barres de chocolat épicées avec des amandes, des piments et de la cannelle. 

2. Madrid, Espagne

Chez nous, ce sont les restos kebab et les friteries qui font des affaires en or dans les endroits animés. Après une virée nocturne, les Madrilènes optent pour une portion de churros gras et sucrés, qu’ils trempent dans une tasse de chocolat chaud. Le chocolat à boire est déjà vendu depuis le dix-septième siècle dans la rue et a acquis depuis lors la même réputation pour les Espagnols que le thé pour les Britanniques. 

3. Turin, Italie

Les cioccolaterias sont à Turin ce que les cafés sont à Vienne. C’est une destination de rêve pour les gourmands : du bicerin – une boisson chaude à base de lait entier, d’espresso et de chocolat – au gianduiotto – une praline fourrée d’un mélange de noisettes et de chocolat. L’entreprise turinoise Ferrero y a créé de l’or tartinable dans des pots en verre, connu sous le nom de Nutella

4. Broc, Suisse

Tous à bord ! Le train du chocolat vous emmène au départ de Montreux à travers les Alpes suisses jusqu’à la Maison Cailler à Broc. C’est ici que François-Louis Cailler a fait construire la toute première chocolaterie automatisée en 1819, avec deux délicieux produits en primeur : la tablette de chocolat et le chocolat au lait. Aujourd’hui, on peut faire un voyage multisensoriel à travers l’histoire du chocolat dans l’usine transformée. 

5. Bruxelles, Belgique

Godiva, Pierre Marcolini, Wittamer… Les chocolatiers internationaux sont aujourd’hui solidement implantés au Sablon à Bruxelles. Le tout premier chocolatier à s’installer dans notre capitale était un pharmacien : le Suisse Jean Neuhaus vendait du chocolat amer pour soulager toutes sortes de maux. C’est lorsque son petit-fils reprit l’affaire et remplaça les médicaments par des bonbons que l’histoire du chocolat à Bruxelles commença véritablement. 

Toutes ces histoires de chocolat vous mettent l’eau à la bouche ? Commencez par ces trois recettes au cacao : 

Swiss Roll au chocolat: la version cacaotée du Swiss Roll classique est un biscuit léger, enroulé, fourré d’un mélange de yaourt grec et de crème fraîche Un aliment sain ? Non. À s’en pourlécher les doigts ? Et comment !

Alfajor latino-américain : un snack sucré, surtout populaire en Argentine, en Uruguay et au Pérou, constitué de deux tranches de gâteau mou nappées de chocolat et fourrées d’une garniture sucrée au caramel – le dulce de leche. Un sandwich pour les palais sucrés. 

Truffes au chocolat belges : une savoureuse petite boule de crème au beurre ou de ganache, revêtue d’une couche de poudre de cacao ou de copeaux de chocolat au lait ou de chocolat noir. Vendues dans toute boulangerie belge qui se respecte.